Fabrication de carrelage, un savoir-faire historique

Une petite entreprise fabrique du carrelage à l’ancienne dans un petit village de l’Oise dénommé St-Samson-La-poterie. Tout y est produit sur place même l’électricité et l’équipement utilisé est une machinerie issue du temps de la grande industrie française.
La matière première est également extraite sur place, notamment l’argile des pays de Bray qui est portée jusqu’au broyeur pour être réduite en fine poudre couleur cacao. Voici comment se déroule le travail des artisans de cette petite entreprise.

Le traitement de l’argile

Une fois l’argile broyée, elle est mélangée avec de l’eau pour la rendre élastique. Ce qui permet de la mouler et de la façonner à la forme désirée. Dans cette petite entreprise, il n’y a pas de théories. Les artisans font tout de suite de la pratique en copiant les gestes et les techniques utilisées par les professionnels qui ont été là avant eux.
D’artisans en artisans donc, le savoir-faire se transmet. D’où on parle de savoir-faire historique. Comme David Deneux l’a expliqué : « Chez nous, c’est le visuel, c’est le toucher, et voilà, c’est la connaissance et l’expérience qui nous donne ce savoir-faire ».

La cuisson des carreaux

Aux caves d’affinage, les pains d’argile cubiques ou cylindriques sont disposés dans un ordre précis pour être découpés un à un. Ici, six artisans interviennent pour enduire et produire des carrelages avec des méthodes artisanales.
À l’intérieur du four, plusieurs pièces sont déjà insérées par les ouvriers pour subir une bonne cuisson pendant 48 heures. L’entrée est condamnée lorsque la pièce de 10×5 m est remplie dans son intégralité. Après, les carreaux s’affichent avec leur aspect définitif et c’est là que les artisans vérifient s’ils ont réussi le coup ou non.
En général, ces fabricants de carrelage parviennent toujours à obtenir la bonne couleur et la bonne forme. Ils ne font pas du sur-mesure. Ils misent tout simplement sur l’ancien.

Le résultat

Une fois posés dans une pièce, les carreaux fabriqués par cette petite entreprise de l’Oise sont impressionnants. Non seulement ils sont beaux, mais ils ne s’usent pas. Au fil du temps, ils vieillissent et ils deviennent de plus en plus esthétiques.
A titre d’illustration, il y a lieu de citer par exemple le cas du revêtement de sols posé dans l’une des églises de Gerberoy. C’est un véritable trésor rouge et noir de damier de terre cuite réalisé par la petite entreprise de l’Oise.

Laisser un commentaire

*